AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Angelle Pendragon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angela & Chris

avatar

Vos Textes : 240

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Angelle Pendragon   Mer 21 Mai - 20:00

"Angelle Pendragon" est un de mes projets puisque oui mon rêve est d'être auteur, enfin l'espoir fait vivre non ? ^^
J'espère que cela vous plaira et je pense que ce forum est tout à fait adapté à ce genre d'histoire ...  Rolling Eyes  

Prologue

Chris, si tu reçois ce fichier, cela signifie que nous sommes le sept juillet et que par conséquent je suis morte, lorsque j’écris ces mots, nous sommes encore le premier jour de cette nouvelle année, mais j’ai programmé l’ordinateur pour qu’il te l’envoie le jour même de ma mort afin que tu ne cherches par me revoir.

J’écris ce journal parce qu’il ne me reste plus beaucoup de temps. Ce sera toi qui prendras ma place et tu dois donc tout savoir de ce que j’ai vécu en exécutant ce « travail ». Chris, tu me connais mieux que personne mais je pense qu’il est coutume de se présenter dans un journal alors voila je m’appelle Angelle Pendragon et je suis amnésique depuis l’âge de dix ans. Aujourd’hui j’en ai 37. Mes cheveux sont blonds, assez courts et toujours ébouriffés ce qui me donnent un petit air rebelle, quant à mes yeux ils sont bleu clair, ils ressemblent au ciel en été. Mon objectif est d’arrêter le bioterrorisme et la chose que je déteste le plus est mon boulot, sans doute, oui, c’est même certain le travail que je fais, je le hais, c’est de sa faute si tu étais en danger et le sera sans doute à jamais.
Maintenant tu dois lire ce journal. Il t’apprendra de nombreuses choses sur mon travail, tu es peut-être mon second mais tu ne sais pas encore toutes les responsabilités que le chef de la « FF » doit supporter. Mais je vais mourir et c’est donc à toi de prendre ma place, même si j’aurais préféré qu’il en fût autrement.
Chris, si tu ne veux pas prendre ma place, tu en as tout à fait le droit, à vrai dire j’espère que ce sera le cas.
Dans ces lignes, se trouvent la vérité.
La vérité sur l’accident de Healey, la vérité sur Lui, la vérité sur « Eux ».
Et ma vérité.

Ensuite, pourquoi il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre ?
Pour être précis j’ai encore une semaine. Une semaine à vivre. Je vais mourir parce que ça fera 20 ans dans sept jours. Ca fera 20 ans que je suis contaminée par le Virus et que pourtant je ne suis pas devenue comme « Eux ». Mais je te l’expliquerai dans le dernier chapitre, tu dois savoir.

Pour ce qui est du journal, disons qu’il est écrit de manière assez particulière, ce qui est écrit avec la police Times New Roman est là pour faire croire que c’est un roman, en revanche ce qui est écrit en Arial et en italique est mon véritable journal, j’espère que quelqu’un qui n’a pas cette information pensera que ce sont les pensées du personnage. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai séparé ce court message au journal.

Chris, mon seul regret est de ne pas avoir pu te protéger plus longtemps. Ne meurs pas, je t’en supplie.
Je suis tellement désolée.
Chris, pardonne moi, petit frère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela & Chris

avatar

Vos Textes : 240

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   Jeu 22 Mai - 16:50

Voila le chapitre 1 ^^ N'hésitez pas à me donner vos avis qu'ils soient positifs ou négatifs.  Smile 

Chapitre 1 : Le départ

On dit souvent que le treize porte malheur et que le sept apporte lui la chance, ce ne fut pas mon cas. Le dimanche 7 juillet 2013 fut le jour le plus décisif de ma vie.
Le 11 septembre 2001, tout le monde connait cette date, mon père adoptif, Spike James, est de ceux qui ne préfèrent pas en parler, tous ont une raison différente et celle de Mr James est qu’il se sent en partie responsable, je ne sais pas exactement ce en quoi consiste son travail, mais il est dans la défense, il doit sans doute se dire qu’il aurait du faire quelque chose pour l’empêcher. Quand au rapport que ça a avec moi et bien tout simplement lorsque j’ai vu pour la première fois une vidéo montrant l’écroulement des tours, je me suis dit une chose : les terroristes peuvent attaquer n’importe où et n’importe quand. L’idée que Chris puisse être un jour l’une des personnes tuées par eux m’était intolérable et l’idée de tuer tant d’innocents pour arriver à un but m’écœurait. J’ai donc décidé à l’âge de quinze ans que mon futur travail consisterait à empêcher les terroristes de nuire. Lorsque je l’ai dit à Mr James, celui-ci m’a expliqué qu’il y avait différentes formes de terrorismes et que dès mes dix-sept ans, un de ses collègues m’apprendrait leurs différences. Lorsque je lui ai demandé pourquoi je devais attendre, il m’a tout simplement répondu que j’étais trop jeune, sachant qu’insister ne servirait à rien, j’ai accepté son choix. Donc le 7 juillet, un mois après mon anniversaire, je partais pour Healey, une petite ville de moins de cinq mille habitants dans l’Indiana.


Alors que le chauffeur : Alfred Ken mettait sa valise dans le coffre, Chris James, le véritable fils de Mr James et également son petit frère, appela Angelle. Chris était le genre de petit frère qui peut se montrer parfois insupportable mais qui à en même temps une confiance totale envers son aînée, il avait des cheveux bruns toujours impeccable et des yeux verts qui pétillaient lorsque l’on parle d’un sujet qu’il trouve intéressant. Et c’était justement le cas.
— Chris qu’es-ce que tu veux ?
— Je compte sur toi.
— De quoi tu parles ?
— Après ce que le collègue de père va te dire, tu va choisir qu’elle sorte de terrorisme tu va combattre alors tu dois faire le bon choix, c’est notre avenir à tous les deux qui dépend de cette décision, tu n’as pas oublié notre promesse ?
— Non je ne l’ai pas oublié.
— Mademoiselle nous sommes prêts à partir, dit Alfred.
— Ok. J’arrive
— Bon ben à bientôt.
— Oui je serai de retour dans deux semaines.
Elle commença à monter dans la voiture lorsqu’elle lui demanda une dernière chose.
— Chris, est-ce que tu peux me jurer que quoi qui arrive tu ne changeras pas ?
— Je te le jure, me répondit-t-il en souriant.
Elle sourit à son tour et elle monta dans la voiture, celle-ci démarra. Angelle regarda Chris une ultime fois, sans savoir toutes les horreurs qu’elle aura a traversée.


La promesse que nous avions faite cela remonte lorsque nous avions quinze ans, alors que Mr James m’avait adopté depuis un an. Tu m’avais demandé encore une fois si j’avais une idée à propos de mon avenir professionnel et je t’avais à nouveau répondu que je voulais juste protéger mes amis. Tu t’es énervé en disant que je disais toujours ça, je t’ai donc expliqué que je créerai ma propre organisation qui combattra le terrorisme, tes yeux s’étaient mis à briller et tu as eu l’idée de devenir mon second, tu m’as dit que tu feras tout ton possible pour m’aider même si cela devait consister seulement qu’à faire la cuisine ou le ménage. A ce moment là, l’idée que le fils d’une personne horriblement riche tel que Mr James apprenne à faire les tâches ménagères me fit beaucoup rire. Quand j’y pense je me dis dans d’autre condition, tu n’aurais même pas su mettre un four en route. Après avoir repris mon sérieux, je t’ai juré que la place de second te reviendrait.
Désormais je le regrette puisque c’est toi qui va devoir prendre la triste tache qu’est la mienne.


La voiture roulait maintenant depuis quelques minutes, Angelle décida de prendre un livre dans le sac qui était posé sur le siège à côté et qu’elle gardait toujours avec elle, un eastpak noir tout simple mais qui contenait tous les objets importants pour elle, tel que le grand manteau en cuir noir, ce vêtement était son seul lien avec son passé, désormais il était pile à sa taille mais ignorant dans quel circonstance elle pourrait le mettre, il restait au fond du sac bien plié ; ensuite un cahier de dessin, une plume et de l’encre puis un livre, le tout premier qu’on lui offrit après sa perte de mémoire, c’est d’ailleurs grâce à cet ouvrage qu’elle trouva son nom de famille, ce roman était Excalibur, la légende du roi Arthur Pendragon ; enfin les deux plus importants qui se trouvaient dans la pochette avant, une photo, l’une prise lors de ses douze ans, elle avait un bras sur l’épaule d’un garçon avec des cheveux noirs, une mèche frôlant ses yeux qui sont également noirs comme la suie, des habits des plus communs un jean et une chemise bleu ; alors que l’on aurait pu croire à un personnage renfermé, il avait un sourire radieux tout comme Angelle, mais elle était bien la seule à le faire sourire comme ça. A vrai dire, cet ami, elle ne le revit plus jamais.
L’autre photo, elle a été prise lorsqu’elle avait quinze ans, elle était sur le dos de Chris et ils étaient en train de rire, on pouvait voir derrière eux l’imposante maison de Mr James, c’était d’ailleurs lui qui avait pris cette photo.
Angelle regarda ces photos quelques instants.
Elle les remit en place et décida de lire Excalibur pendant la route lorsqu’elle remarqua en ouvrant son sac qu’il y avait un paquet, elle le prit et remarqua le mot qui y était accroché.


Angelle, je te donne ce livre en espérant qu’il te plaira et pour que tu arrêtes de lire le même.

Elle sourit et ouvrit le paquet, le livre que Chris lui avait offert, c’était Another, un livre venant du Japon, il savait qu’elle avait appris le japonais grâce à un ami même si elle ne lui avait jamais dit son nom, Angelle regarda le résumé au dos du livre et jugeant qu’il allait sans doute lui plaire, elle commença à le lire. Il était tout à fait étrange, donc tout ce qu’aimait Angelle, elle n’eut cependant le temps que de bouquiner la moitié. Le chauffeur, Alfred, voyant qu’elle lisait, attendit qu’elle eut finit son chapitre pour la prévenir qu’ils étaient arrivés. Il descendit et voulut ouvrir la portière, mais il n’en eu pas le temps, elle était déjà sortie.
— Mademoiselle, je vous ai déjà dit que c’était à moi d’ouvrir la portière pour que vous puissiez descendre.
— Et moi  vous ai déjà dit de m’appelait par mon prénom, puis je pense qu’à dix-sept ans, je peux descendre de voiture toute seule.
— Désolée mais je ne peux pas faire ça, vous êtes la fille de Mr James et je dois donc vous traitez avec le respect qui vous est dû.
Angelle soupira et commença à s’avancer vers la maison, en la voyant elle fut d’ailleurs agréablement surprise, au contraire de l’imposante maison de Mr James, celle-ci était de taille moyenne, assez simple et très proche du centre ville. Alors qu’elle s’avançait pour sonner, le chauffeur se précipita pour le faire à sa place. Ce fut un homme, dans la quarantaine, des cheveux roux, mi-longs qui ouvrit.
— Vous devez être Angelle, dit-il en faisant un sourire rassurant.
— C’est exact, monsieur, répondit-elle.
— Je suis Mr Amon. Mais ne restez pas dehors, entrez je vous prie.
Elle entra et Alfred lui pendant ce temps alla chercher la valise et donna à Angelle son sac, sachant qu’elle ne s’en séparait jamais.
Mr Amon remarquant l’heure déjà assez tardive.
— Pour la raison pour laquelle vous êtes venue, nous verrons demain, en attendant allons manger et vous pourrez aller dormir ensuite si vous le souhaitez.
Elle le suivit donc dans la salle à manger. Où une femme était en train d’attendre, elle avait de longs cheveux noirs, des yeux noisettes et portait une robe blanche.
— Tu es la fille de Spike n’est ce pas ? Ravie de te rencontrer, je m’appelle Louise, je suis la femme de George, dit-elle.
Elle comprit que la femme parlait de Mr Amon.
— Je suis ravie de vous rencontrer également.
— Viens t’assoir à coté de moi.
— D’accord.
Elle fit le tour de table et s’assit à coté de Louise. Bientôt, les plats furent apportés par une femme, le repas était véritablement délicieux, quand à la discussion, elle portait sur plein de sujets différents, tous choisit par Louise.
Elle était vraiment dynamique et accueillante. Lorsque repas prit fin, Louise la  mena à sa chambre, où sa valise l’attendait. Elle ne prit pas le temps de se changer et se jeta sur le lit pour dormir, fatiguée par diverses raisons. Elle fut réveillée vers deux heures par un cri.

Tous semblait bien se passer, chez Mr Amon, ils étaient accueillant lui et sa femme, mais ce voyage se transforma en enfer, tout commença avec ce cri. Ce cri que j’entendis encore de nombreuses fois. Ce cri-là, le plus horrible, le cri d’une personne qui sait qu’elle va mourir, mais qui pourtant se débat pour vivre. Dans ce cri, cette personne met toute son envie de vivre et cette peur qui la submerge, cette peur de la mort. Ce genre de cri, vous transperce l’âme et vous change à tout jamais. Un cri que vous ne pouvez plus jamais oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela & Chris

avatar

Vos Textes : 240

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   Ven 23 Mai - 20:33

Chapitre 2 : Bienvenue en Enfer

Ce cri est bien pire lorsque vous connaissez cette voix.


Angelle fut réveillée en sursaut par ce cri. Elle courut vers la fenêtre de sa chambre qui donnait sur la rue et la petite allée qui menait vers la maison.
Elle ne voyait que deux ombres, l’une allongée et l’autre à quatre pattes, la tête posait sur le ventre de la première ombre. Peu à peu, les yeux d’Angelle s’adaptèrent au faible éclairage, et elle put alors voir ce sanglant spectacle. La première ombre n’était autre que Mme Amon, noyée dans une flaque de sang, ne cessant de se répandre. La deuxième ombre, elle, ne pleurait pas sur le corps comme l’avait pensé Angelle, c’était un homme, et il était en train de manger, de La manger.
Angelle resta inerte et tremblante devant cette vue, refusant d’y croire, n’acceptant pas cette réalité.
— C’est un cauchemar … je vais me réveiller, murmura-t-elle.
Elle sourit.
— Oui, c’est ça, tout cela ne peut pas être réel. Ils … ils n’existent pas … Non des zombies et puis quoi encore.
Un coup de feu fit disparaitre le sourire d’Angelle. Le zombie, touché, s’effondra sur le corps de Louise. Mr Amon, le pistolet dans la main droite s’avança et de la main gauche poussa le zombie du corps de sa femme. Angelle recula, se demandant si tout cela était réellement un mauvais rêve. Elle secoua la tête pour essayer de se convaincre. Elle prit son sac et descendit les marches pour rejoindre l’allée, en étant à nouveau certaine qu’elle se réveillerait bientôt.
Elle aperçut Mr Amon et commença à s’approcher de lui. Celui-ci en en entendant un bruit, pointa son arme vers elle. L’adolescente n’osant plus bouger, recommença à trembler très légèrement. Ressentant pour la première fois de la peur envers Mr Amon.
— Oh c’est toi, chuchota-t-il en baissant son arme.
Angelle le rejoignit et s’agenouilla à coté de lui. Elle remarqua que le zombie en question était Alfred. Il avait des yeux rouges comme le sang. Ses veines ressortaient bien plus qu’avant. Et son corps ... En voyant l’état du corps d’Alfred et de Louise, jamais on n’aurait pu croire que des êtres humains puissent faire un tel carnage
— Je suis désolé, tout cela est en parti à cause de moi … Si je n’avais pas accepté … Si seulement je n’avais pas accepté …Ça ne les aurait pas arrêtés … Mais ils auraient été retardés … Elle ne serait peut-être pas morte … C’est trop tard maintenant … Tout le monde va mourir … Cette ville est condamnée.
Il leva doucement son pistolet et le posa sur le coté droit de sa tête.
— Je … Je ne peux pas en supporter davantage. Je suis désolé, tu n’es pas arrivé au meilleur moment. Bienvenue en Enfer, Angelle.
— Arrêtez, tout ceci n’est qu’un …
Mr Amon appuya sur la détente. Il tomba sur sa femme. Angelle étant proche, fut aspergée par le sang et quelques bouts de cervelle.
— … rêve.
Angelle se leva avec une extrême lenteur et leva la tête vers le ciel. Ne ressentant plus de la peur mais de la terreur.
— Mais c’est quoi ce bordel ? murmura-t-elle.


Mme Amon avait été tuée par un « zombi », celui-ci était le chauffeur Alfred. J’ai cru que c’était un rêve. Mais quand Mr Amon s’est tiré une balle dans la tête, j’ai compris que tout cela était réel. J’avais peur, j’avais vraiment très peur, je ne savais pas quoi faire, ni ou aller. J’ai couru longtemps dans Healey avant de reprendre courage.
Mr Amon avait tort, ce n’était pas l’Enfer. C’était juste un petit avant gout.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela & Chris

avatar

Vos Textes : 240

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   Dim 25 Mai - 21:01

Chapitre 3 : Maria

Angelle regarda le corps sans vie de Mr Amon pendant quelques secondes puis s’essuya le visage avec la manche de sa chemise, réajusta son sac, et prit le pistolet. Elle se dirigea vers le portail et le poussa, puis essaya à nouveau de croire que tout cela n’était qu’un mauvais rêve mais un regard en arrière la ramena une fois de plus à la dure réalité. Prenant une grande inspiration, elle commença à courir dans les rues pour trouver de l’aide. Malheureusement, la ville entière était touchée et le nombre de survivants ne faisait que baisser.

Au bout d’un quart d’heure, Angelle trouva quelqu’un, du moins, elle entendit un cri. Elle courut dans la direction d’où il provenait, et tomba dans une rue qui à quelques mètres donnait le choix entre continuer tout droit ou tourner à gauche. Un autre cri retentit, elle courut jusqu’à l’intersection, elle regarda les deux directions et aperçut dans la rue opposée, une fille qui devait avoir entre 12 et 14 ans qui reculait devant un zombie qui avançait doucement vers elle, la petite recula, son pied percuta un rocher, petit mais suffisant pour la faire tomber. Le zombie approchait de plus en plus. Elle hurla.
Angelle s’élança vers l’enfant mais le zombie était proche, beaucoup trop proche. Elle prit la gosse dans ces bras pour la protéger.
Le monstre ne fut pas surpris par son arrivé, et trouva qu’elle devait sans doute être plus appétissante vu qu’il changea de proie et mordit l’épaule droite d’Angelle. La douleur était atroce. Cette souffrance et cette peur donna néanmoins une force prodigieuse à Angelle. Elle lui donna un coup de coude au visage, celui-ci tomba par terre. Elle se releva et pointa l’arme, qu’elle n’avait pas lâchée malgré sa blessure, vers le zombie, hésita puis finalement la baissa. Puis attrapant fermement la main de la gamine, elles commencèrent à courir.


Courir sans savoir où l’on va, c’est ce qu’on fait lorsque l’on à peur, peur de ce qu’il y a derrière nous.


Finalement, elles débouchèrent dans une rue assez étroite où il n’y avait aucun zombie. Enfin, elles pouvaient faire une pause. Angelle s’assit contre le mur, la gamine, elle, resta debout, la regardant.
— Au fait, je ne me suis pas présentée, moi c’est Angelle Pendragon.
La gamine resta stoïque.
— Enfin, je pense que dans ce genre de situation, les présentations sont plus aussi importantes, dit Angelle en haussant des épaules.
— Maria, répondit la petite fille.
— Et bien, je suis ravie de te rencontrer.
— Pourquoi m’as-tu aidé ?
— J’allais pas te laisser être bouffée par un zombie, et puis tout le monde aurait régit comme ça.
— Tu te trompes. Une réaction normale dans ces circonstances est de survivre même si cela consiste à laisser mourir les autres.
— Tu veux dire que j’aurais mieux fait de te laisser mourir ?
— Oui, la preuve à cause de ça, tu as été mordue.
— Et alors ?
— T’as jamais vu de film d’horreur ou quoi ?
— On n’est pas dans un film, ces gens sont justes … malades, dit Angelle peu convaincu.
— Ne dis pas n’importes quoi, ce sont des zombis, et toi tu va devenir comme eux !
Angelle se leva rapidement et se retint de justesse de frapper Maria.
— Des zombis hein ? Dit-elle en se s’asseyant de nouveau.
— Oui
— Bordel fait chier.
— Je suis désolée.
— C’est bon t’as pas à t’excuser.
Le silence s’installa mais Angelle le rompit au bout de quelques minutes.
— Espérons que ce soit comme dans les films.
— Quoi ?
— Une personne avant de devenir un zombi à certains symptômes. Alors si c’est pareil, je devrai cracher du sang, avoir les yeux rouges ou un truc du genre, enfin je crois.
— En quoi es-ce une bonne chose ?
— Je ne pense que je vais me transformer en monstre ou je ne sais quoi. Mais je … je suis obligé d’envisager cette … possibilité. Alors ça te dirai de faire un deal ?
— Un deal ?
— Je t’aide à sortir d’ici et en échange tu vas dire quelque chose de ma part à un ami. Ok ?
— Ok.
— Merci Maria.


Maria n’a jamais eu à te le dire vu que je ne suis pas morte à Healey. Mais je lui avais demandé de te dire que j’étais désolée de ne pas avoir pu tenir ma promesse et que j’avais eu le meilleur petit frère que l’on puisse avoir. Et ça, je le pense toujours.

— Tu ne m’abandonneras pas. Tu le jures ? demanda Maria
— Oui.
— Merci.
— Mais tu n’oublies pas notre promesse d’accord ?
— C’est promis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luc Ozui

avatar

Vos Textes : 560

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   Mer 4 Juin - 19:22

Bon je poste avec mon DC ^^

Chapitre 4 : Lui

Après ces quelques minutes de repos, Angelle et Maria reprirent la route, cherchant des survivant mais trouvant à chaque fois des zombies ou des morts qui allaient sans doute finir par se transformer en ces montres, étrangement cela faisait plusieurs minutes qu’elle regardait un mort qui ne se relevait pas.

Je regardais ce mort, j’attendais pour voir quand il se lèverait, mais rien, il restait là au sol, sans bouger, à ce moment là, je me suis dit qu’il fallait peut-être un certain pour que les morts reviennent à la vie. Je me trompais.

— Angelle, qu’es ce que tu regardes ? murmura Maria.
— Rien, rien du tout, répondit-elle.
Angelle pris la main de la petite et s’avança dans la rue, sa deuxième main tenant fermement son pistolet, divers magasins se trouvaient des deux cotés de la ruelle. Un bruit retentit à la droite d’Angelle, qui leva immédiatement son arme dans cette direction, plus par réflexe que par expérience. Un homme se tenait là, à demi caché dans l’ombre.
— Qui êtes vous ? demanda Angelle.
L’homme s’approcha et elle put ainsi mieux l’apercevoir. Il portait un pantalon et une verste en cuir noir, ses cheveux étaient d’un blond foncé et des yeux noisette.
— Ne bougez pas !
— Attendez ! Je suis humain !
Il fit encore un pas en avant.
— Regardez ! Je ne suis pas un des ces monstres.
Angelle baissa lentement son pistolet, tout en continuant à regarder l’inconnu d’un œil méfiant.
— Qui êtes vous ?
— Ryan Lewis et vous ?
— Angelle et elle c’est Maria.
— En tout cas, je suis heureux de savoir que je ne suis pas le dernier survivant.
— Vous n’avez trouvé personne encore en vie ?
— Non, pas un seul.
Elle fixa Maria quelques secondes.
— On doit quitter cette ville.
— Ça ne va pas être aussi facile.
— On avait remarqué les zombis.
— Je ne parle pas de ça.
— Alors de quoi parlez-vous ?
— Toute la ville a été mise en quarantaine, l’armée laisse passer les gens grâce à un unique passage.
— Mais …
— Ils ne prendront pas le risque que « l’épidémie » se répande.
— « L’épidémie » ?
— C’est comme ça qu’il l’appelle.
— Qu’il appelle quoi ?
— Le fait que les habitants de cette putain ville se transforment en zombie.
Un frisson parcourut Angelle, non provoqué par la phrase mais par le ton dont elle était dite. Il n’y avait aucune peur ou colère dans la voix de cet homme. Non, au contraire. On aurait dit que ça l’amusait.
— Ou est le passage ? demanda Angelle
— Au nord de la ville, où ce trouve la route qui permet d’entrer dans la ville le plus facilement.
— Maintenant il s’agit plutôt d’en sortir.
— On pourrait s’entraidait, nous aurons plus de chance de quitter cet enfer et d’échapper à ces choses si nous sommes plusieurs.
Elle aurait préféré ne pas devoir faire équipe avec lui, mais elle n’avait pas le choix.
— C’est d’accord.
— Bien. Dans ce cas suivez-moi, je connais le chemin pour arriver à la route.
Ryan Lewis s’approcha. Angelle ne put s’empêcher de serrer plus fermement la main de Maria. D’un coup, il tourna la tête vers la rue d’où venaient les deux filles. Elles regardèrent également dans cette direction. Un peu plus loin, un groupe de cinq personnes. A cette distance, il lui était impossible de deviner si c’étaient des survivants ou bien des zombis. La réaction de Ryan fut immédiate, il attrapa le bras d’Angelle et commença à courir dans la direction opposé, elles furent obligées de faire de même.
— Ce sont peut-être des survivants, dit Maria.
— Non croyiez moi ce sont des zombis, lui répondit-il.
Elles regardèrent en arrière et purent constater que les cinq inconnus avaient également commencé à courir. Mais ce n’était pas ça qui embêter Angelle.
— Comment …, commença-t-elle.
— Là ! Le coupa Ryan.
Il lâcha son bras pour courir vers un magasin dont la porte était entr’ouverte.
— On va se barricader dedans ! cria-t-il.
Maria lâcha également sa main pour rejoindre l’abri. Angelle commença à courir avec quelques secondes de retard par rapport aux autres. L’homme était arrivé à la porte, il l’ouvra entièrement, Maria le rejoignit et entra à son tour dans le magasin, quand à la dernière, elle continuait à courir. Alors qu’elle avait presque atteint le magasin, quelque chose l’empêchât de passer. Ils les avaient rattrapés. Ryan avait raison, c’étaient bien des zombis. Elle voulût passer à gauche mais deux autres l’en empêcher. Quand aux restes de la petite bande, ils étaient en train de taper contre la porte du magasin qui était désormais fermé. A l’intérieur, ils devaient sans doute essayer de bloquer la porte pour éviter d’avoir la visite des personnes peu fréquentables.
— Merde, murmura Angelle.
Elle aperçut alors une petite rue à droite du magasin, peut-être sa seule chance. L’un des zombis essaya de l’attrapait, elle recula à temps puis contourna les zombis, l’un d’eux tenta à nouveau de l’attraper, heureusement elle réussit à esquiver en se baissant. Elle courut vers la ruelle.


Je n’avais jamais couru comme ça avant. Je n’avais jamais couru auparavant pour échapper à la mort.

Elle avait atteint l’avenue et s’avançait vers une porte en espérant qu’il s’agissait d’un autre moyen d’entrer dans le magasin. Elle s’efforça d’ouvrir la porte mais elle eut le malheur de constater qu’elle était fermée, alors elle frappa, elle essaya d’enfoncer la porte mais celle-ci refusait de s’ouvrir.
Les zombis l’avaient presque rejointes, ils s’approchaient de plus en plus, elle ne savait pas quoi faire, finalement elle leva son arme mais sa main tremblait trop, elle le saisit donc avec ses deux mains, mais elle n’arrivait toujours pas viser.
La porte s’ouvrir d’un coup, Ryan attrapa Angelle et l’attira vers elle, il lui prit le pistolet, le pointât vers les monstres et tira trois fois, les balles les touchèrent à la tête et ils tombèrent lourdement sur le sol pendant qu’elle le regardait. Ryan, tout en tirant Angelle, entra dans le magasin, ferma la porte et mis un bout de bois pour la bloquer.
Il se tourna vers elle et après un silence demanda :
— Quoi ? Tu ne remercies même pas la personne qui t’as sauvé la vie ?
— Mer … Merci, répondit-elle.


Au départ, j’étais méfiante envers Ryan. Mais mon « sauvetage » a beaucoup changé cette vision. Non, désormais, ce n’était plus de la méfiance que je ressentais envers Ryan mais de la peur. Pendant qu’il m’avait attrapé, pendant qu’il me prenait l’arme des mains, pendant qu’il tuait les « zombis », pendant que ceux-ci tombaient, pendant qu’ils mouraient. Oui, pendant tout ce temps, il faisait cette action, cette action si simple qui dans une circonstance normale, était quelque chose de rassurant et d’amusant mais qui paraissait là-bas comme horrible et morbide. Pendant tout ce temps : il souriait.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ren Kougyoku
Snipeuse Talentueuse
avatar

Vos Textes : 69

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   Mer 29 Oct - 12:11

La suite ! la suite ! la suite !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Angelle Pendragon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Angelle Pendragon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Dernière Campagne Pendragon Illustrée
» le monde de Pendragon
» Guenièvre Pendragon
» Présentation de Syre Pendragon [Validée]
» On dirait que rien n'a vraiment changé... Ft Arthur Pendragon et Merlin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Survival Game :: Hors RPG :: Créations :: Histoires-
Sauter vers: