AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps n'est qu'une notion [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Akihiko Arisato
Make a home run with your Head
avatar

Vos Textes : 181

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Lun 12 Mar - 1:48

ça fait un moment que j’étais pas venu ici... enfaîte ça fait un moment que j'avais disparu de la circulation. Mes revenus financier avait était en chute libre et j'ai du partir de mon logement pour me loger a droite a gauche, souvent en extérieur de la ville. Pour aucune raison j'ai couper contacte avec tout le monde pour aucune putain de raison... J’étais revenu ici des mon arrivée, les valises encore sous les bras. Un ami qui avait déménager dans la grande ville devait m'héberger le temps que je trouve un boulot.

L'immense foret n'avais pas changer d'un poil... Toujours aussi dense et pleine de racine et de ronce. Je ne sais pas pourquoi j'ai eu envie de m’arrêter ici... Ou peut être qu'on fond je le savais mais que la raison me semble idiote. néanmoins j'arrive après un long moment de marche devant l'étendue d'eau toujours aussi fréquentée par les pécheurs avide de poisson. Je me pose au pied d'un arbre, le feuillage me permet d'être a l'abri du soleil bien qu'on puisse pas dire qu'en cette saison il soit d'un grand danger vu les températures plutôt moyenne.

Je finit par m'allonger et regarder ce que je suis devenu... Un déchet ? peut être que certain me qualifierai de cette façon, Je suppose que pas mal de mon entourage m'a prit en pitier... Ce que je déteste pas mal quand j'y pense. Soudain cette raison au fond de moi que je n'avouer pas me fit sortir mon téléphone et c'est a toute vitesse que je pianoter des mots, ces lettres qui défiler sous mes yeux et qui traverser mon esprit envoyer sans réflexion.

« Salut la furie, c'est le crétin... Tu doit te demander qui pacque tu en rencontre souvent a mon avis mais si je te parle d'une leçon de natation au parc tu devrait savoir qui je suis. Cool comme je suis, je te propose une nouvelle leçon et toujours offerte et dispenser par le mec le plus classe de du pays immédiatement. Je suis déjà sur place.»

Je n'attendais pas vraiment de réponse surtout suite après une disparition aussi inattendue. Au fond de moi j’espère que les choses n'ont pas vraiment changer et qu'elle ne me déteste pas trop... Peut être que ça lui était complètement égale. J'en venais presque a regretter mon message par peur de sa réaction.... Je décide de me déshabiller pour être en boxer et de plonger dans l'eau... Je pourrait prendre mon maillot dans la valise mais franchement qui ce ferait chier a défaire sa valise ? Certainement pas moi ! J'en profite alors pour faire la planche, regardant le crépuscule qui pointe doucement le bout de son nez timidement, on en avait encore pour deux heures peut être avant que la nuit prennent place et son obscurité avec. J'avais un peu changer durant cette disparition, En dehors d'un look plus négliger que d'habitude c'est une musculature plus développer qui apparaissait... C'est comme ça que je tuer mon temps, même si j'avais garder ma collection de jeux, il était difficilement pour moi de trouver une possibilité de jouer et pour le baseball, devoir changer d'équipe régulièrement n'était pas non plus l'idée ultime... Alors je me suis mit a courir, certain disent que c'est pour fuir ma situation, D'autre pense que c'est juste pour entretenir mon corp, Ce qui est amusant c'est que les deux ont certainement raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kora Finn

avatar

Vos Textes : 94

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Ven 16 Mar - 21:32

Quand mon esprit s'égare et replonge dans d'anciens souvenirs du passé. Je me sens triste et nostalgique. Je ne sais pas trop pourquoi exactement, mais j'ai l'impression d'avoir un vide. Il manque quelque chose à ma vie, qui est devenue si morne et ennuyeuse. La routine s'est installée. Les cours, le boulot... Tout ça me semble sans intérêt. Franchement, j'ignore complètement ce qu'il m'arrive et pourquoi je me sens comme ça. Je suis peut-être malade qui sait. En fait, la dernière fois que je me suis sentie comme ça, c'est lorsque j'ai dû changer d'école après l'humiliation que j'avais subie à l'époque. C'est loin tout ça, j'ai l'impression d'avoir perdu la notion du temps. Je suis déprimante c'est fou. Même mes amies me trouvent bizarre c'est dernier temps, alors ce n'est pas que mon imagination, il y a vraiment quelque chose qui me met dans cet état, mais quoi? J'en ai marre de me casser la tête avec tout ça. En plus du coin de l'oeil je remarque qu'une certaine personne me regarde. Fait chié, c'est encore ce mec. Ce gros pervers qui me suit absolument partout depuis un certain temps. Quel casse-pied, il ne s'imagine même pas à quel point j'ai envie de lui mettre mon poing à la figure. Mais je dois me retenir, je suis au beau milieu du dernier cours de la journée. Je ne peux pas juste me lever et aller lui gueuler dessus. Peut-être plus tard, si j'en ai envie... C'est grave, je suis même plus d'humeur à taper maintenant.

Enfin, la journée se passa sans problème à part ça. J'étais rentré chez moi assez tôt, même si mes amies voulaient m'inviter quelque part. Je n'étais pas d'humeur à faire la fête, alors au lieu de tout gâcher, j'ai préféré m'isoler. Une fois chez moi, je m'installai sur le canapé pour regarder la télévision, mais j'avoue que je me désintéressai bien vite de tout cela. Mon regard était davantage fixé sur la fenêtre du salon. Je pouvais voir le ciel. Un magnifique ciel bleu. Je le contemplais pendant un instant. J'apercevais également mon reflet dans le verre. C'est triste, je n'ai pas vraiment changé. Je peux pas dire que j'ai pris beaucoup de volume niveau poitrine. Quelle tristesse... Enfin si quand même un peu, mais bon ce n'est pas non plus extraordinaire. À part ça, mon apparence n'a pas vraiment changé. Je suis resté la même. Mes cours de boxe ne m'ont pas donné plus de muscle, d'un côté tant mieux. Ce serait moche sinon. Je crois que j'ai changé davantage du côté psychologique. Ouais, j'aime bien croire que je suis devenue plus mature. Moins cette petite fille innocente qui a peur de tout et qui rougit à tout et n'importe quoi. Après ce n'est peut-être qu'une impression encore une fois. Ce que je sais pour sûr, c'est que je suis toujours une furie.

Hum... Ce surnom me rappelle ce gars. Ce crétin. C'était lui qui m'avait nommé ainsi et qui m'avait d'ailleurs énervé sur le coup. Akihiko. Je n'ai pas oublié son nom bizarrement. Il est toujours gravé dans mon esprit. J'en ai rencontré des crétins dans ma vie, mais lui c'était LE crétin. Normalement, je l'ai oublie aussitôt qu'il sorte de mon existence. C'était différent avec lui. D'ailleurs, je ne comprenais pas. Il avait complètement disparu du jour au lendemain, sans prévenir. Bon, il n'avait aucune obligation envers moi. Il pouvait partir quand il veut sans me prévenir. Nous étions seulement amis, ou du moins je crois... Peut-être qu'au final ce n'était que moi qui le considérait ainsi... Un soupir franchit mes lèvres, alors que je m'allongeai sur le canapé pour regarder le plafond blanc. C'est stupide, je ne devrais pas, mais une fois de plus, je me sens trahi et on m'a encore laissé tombé. Pourtant, je m'y attendais, c'est pour cela que je ne voulais pas m'attacher à cet imbécile heureux. Les gars sont tous pareils... Alors pourquoi j'y pense bon sang?

Je me retourne pour être sur le ventre et enfonce mon visage dans le coussin. Je suis trop idiote. Ce mec ne mérite même pas que je pense à lui. Il mérite juste une bonne baffe en plein visage et pire encore. Quel con. Je lui en veux d'avoir disparu... Je finis cependant par m'endormir sur le canapé. Épuisée par ma journée. C'est que plus tard, que je me fais réveiller par le son de mon téléphone. Un message. Sans doute mes copines qui veulent que je sorte pour les accompagner. J'attrape mon téléphone et regarde le message en question. Je dus le relire plusieurs fois avant de comprendre. D'un seul bon je me redresse. Je rêvais là? C'était bien lui? J'avais du mal à y croire. Après tout ce temps sans aucune nouvelle, voilà qu'il m'envoyait ce message. Un message complètement banal. Et les excuses alors? Où sont-elles? Non, il n'avait pas à s'excuser... Sa vie, c'est sa vie. Il fait ce qu'il veut, je n'ai pas ma place. Pourtant, mes mains serrent tellement fort ce pauvre téléphone à cet instant. J'hésite. Non en fait pas du tout. Mon téléphone atterrit dans mon sac, et j'enfilai une veste par-dessus mon ensemble habituel. Mon haut noir ainsi que ma jupe scindé sur les côtés. Il ne fait pas si chaud et il commence à se faire tard.

Sans même réfléchir à la situation, je me mis à courir vers l'emplacement en question. Je m'en rappelais comme si c'était hier. Malheureusement, je ne vivais pas à côté, j'avais peur de le rater. Une vraie catastrophe, bien que je pouvais lui envoyer un message pour lui dire d'attendre. Je ne voulais pas, lui faire une surprise. Il doit s'imaginer que je ne viendrais pas. Il se trompe cet imbécile et il va prendre cher ! Je courais, au point ou je n'avais pratiquement plus de souffle, mais je continuais quand même. Franchement étais-je désespérée à ce point? Il semblerait... Le soleil commençait doucement à ce coucher et je doutais qu'il soit encore présent. J'allais le rater c'était évident.

Lorsque j'arrivai enfin au lac, je n'aperçus personne. Ou du moins, les personnes présentes commençaient doucement à quitter les lieux. Je respirais difficilement, mais je sondais les lieux à la recherche de cette tête brune. Malheureusement, ici les bruns ce n'est pas ça qui manque. Je marche, parfois passant par la forêt dense. Je ne le voyais nulle-part. J'allais finir par abandonner l'idée de le retrouver quand soudain enfin le voilà ! Dans l'eau. Il faisait la planche. Ça me rappelait les leçons qu'il m'avait faites. J'avais commencé par ça. En fait, il y a tout un tas de trucs qui me revint lorsque je le vis là-bas. Je ne bougeai pas, restant assez éloignée, pendant un moment. Je repensais à tout ça. Notre première rencontre dans la rue. On s'était percuté. Le nombre de trucs que je lui avais faits acheter... Je devrais me sentir coupable pour ça d'ailleurs. Maintenant que j'étais présente, j'hésitais. J'avais parcouru tout ce chemin pour le voir, mais finalement je ne savais pas du tout quoi lui dire. Ce que je peux être idiote parfois. Peut-être valait-il mieux que je reste là? Non ! Je devais y aller, je n'aurai qu'à le traiter de crétin comme je l'ai toujours fait, voilà. Je m'avançai finalement dans sa direction, mais je n'allais pas mettre les pieds dans l'eau. Je décidai de l'interpellé tout en avançant.

- Hey ! Espèce de crétin, ramènes-toi par ici !

La délicatesse et la gentillesse ne sont toujours pas présentes chez moi. Je me sentais un peu nerveuse de le revoir après tout ce temps, énervé aussi, mais tout au fond de moi... J'étais vraiment heureuse de voir ce crétin d'Akihiko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Arisato
Make a home run with your Head
avatar

Vos Textes : 181

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Sam 17 Mar - 0:22

J'était la a me laisser flotter, un peu comme je l'avais fait dans ma vie même si le lac était moins tumultueux que ma vie aujourd'hui. Je n'essayer pas de penser a kora ou ce qu'elle allais dire... J’hésite même a remonter pour lui envoyer un message d'annulation ne sachant même pas quoi vraiment lui dire et je fessait pâle figure par rapport a la personne qu'elle avait connu. Mais le calme inspirant du lac apaise assez mes doutes et craintes pour me faire rester en ses eau remplie de poisson. Un pêcheur qui passe non loin avec une barque viens même troubler ma tranquillité, soit disant que je trouble le calme de son lieux de pêche de prédiction. A ces paroles seul mon doigt c'est lever en sa direction et des longues injures ce fit entendre par la suite. Si je n'était pas aussi ennuyer j'aurai probablement retourner son vieux rafiot en bois. De toute façon l'homme ronchon ce retourna finalement pour pêcher de l'autre coter, jetant quelque appât dans l'eau pour appâter un troupeau de poisson qui passais juste en dessous de moi.

J'ai toujours eu une certaine affinée avec l'eau, les villes côtière c'était un peu comme un paradis pour moi. Ce laisser porter, l'air humide venant caresser notre visage dans une odeur saline enivrante. Seul les touristes vienne apporter un point noir a ce tableau remplis de bateau peuplant l'azure reflétant les rayons d'un soleil chaud qui ferait rougir même les personnes les plus bronzée.
C'est comme ça que j'imagine mon paradis... Avec des jolies filles et un terrain de baseball aussi mes deux autres passion ! En parlant de fille... Kora n'était toujours pas la et le temps continuer de défiler lentement mais sûrement... Elle ne viendrait effectivement peut être pas ? Peut être qu'elle me déteste ? Pas que je lui doit quelque chose mais c'était une amie... Enfin je crois que c'était juste une amie ? Pourquoi sa m'inquiète autant ? Pas mal de monde m'a déjà tourner le dos, une de plus ne devrait pas m'affecter je suppose ?

Je flotter encore sur l'eau, regardant ce ciel qui ne tarderais pas a devenir noir et étoiler, un des rares spectacles que l'on peut voir seulement en étant hors de la ville. Les gens commençais a partir, même le vieux grincheux avait finit par rentrer avec son navire. Je ne m'attendais plus a grand chose et j'allais bientôt me résigner a rentrer quand soudain je l'entendit. Cette voix que je n'espérais plus entendre . Sans même réfléchir j'avais déjà plonger, me sentant plus rapide avec une nage sous-marine , fessant fuir les bancs de poisson qui était sur mon passage. Je ressortais de temps en temps pour reprendre ma respiration et replonger immédiatement sous la surface du liquide a toute vitesse, ma tête ne réflechisait pas, mon corps agissait par instinct et je ne me préoccupais de rien a ce moment la.

Et j'y était, j’arrive enfin au bord, remontant une dernière foi a la surface, éclaboussant les alentours, j'avais même possiblement toucher la furie vu comme j’étais proche de la terre ferme. Secouant ma tête comme le ferait un animal secouant son corps pour sécher ces poils. Je tapote  l'oreille, penchant mon crane du coter opposer pour essayer d'évacuer l'eau. Et la je réalise... Je réalise que Kora était bien la comme un rappelle a l'ordre... Je me souviens qu'elle m'avait appeler crétin comme avant ? Et si rien n'avais changer ? C'était peut être pour le mieux. Je passe une de mes mains dans mes cheveux, accompagner d'un rire idiot et plein de gêne.

-Salut la furie... ça fait longtemps hein ?

Je la regardais, voir ce qu'elle était devenue depuis tout ce temps, Mais je fuyait son propre regard, je n'était pas certain de pouvoir soutenir son regard pour le moment, un mélange de honte et de regret mélanger a de la joie... Voila ce que je ressentais tandis que je pouvait déjà sentir mon rythme cardiaque s’accélérer doucement. J’étais toujours les pieds dans l'eau et j'avais quelque part une envie de retourne me cacher en dessous... Surtout qu'elle ne risquais pas de venir me chercher sur l'eau. Je finit par reprendre, regardant le ciel avec toujours ce petit rire idiot.

-Tu sais quoi ? Tu aurai du venir plus vite, il fait presque déjà nuit on va pas pouvoir beaucoup nager !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kora Finn

avatar

Vos Textes : 94

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Sam 17 Mar - 22:00

Il était tout près. À peine quelques mètres nous séparaient tous les deux. Je crois que je ne réalisais pas bien tout ça. Puis je traversais à l'instant toute une vague d'émotions différentes. De la joie, à la colère ou peut-être était-ce de la tristesse, je ne savais pas exactement ce que je ressentais en ce moment et le pire dans tout ça, c'est que j'ignore toujours quoi lui dire ensuite. C'est bien beau de l'interpellé comme ça, mais après je dis quoi? Je continue de l'engueuler alors que j'en ai aucun droit? Du moins, je crois... Pourquoi je pourrais l'engueuler? Je suis qu'une amie pour lui, ou peut-être même pas, n'en sais rien. En fait, je suis peut-être rien de plus qu'une fille qu'il a voulue se taper un jour. Juste m'imaginer cela me fait terriblement mal au coeur et me donne une franche envie de vomir, donc je tentai d'oublier rapidement cette pensée. Je m'avançai jusqu'au bord de l'eau, restant tout de même à une bonne distance de cette dernière. Je n'ai pas envie de me noyer vu ma maladresse légendaire quand je veux. J'attends donc tranquillement avec une boule au fond de la gorge. Il faut vraiment que j'arrête d'être nerveuse comme ça, c'est n'importe quoi. C'est juste Akihiko le crétin, pas une super vedette ou peu importe. Alors je devais me calmer avant qu'il n'arrive jusqu'à moi.

D'ailleurs, au moment où il entendit ma voix, il plongea pour se diriger vers moi. On pourrait presque croire qu'il se dépêchait de me rejoindre. Au moins, on dirait qu'il n'a pas oublié le son de ma voix. Il a peut-être peur de se prendre un coup de ma part s'il ne se dépêchait pas? Bon d'un côté, il allait s'en prendre une même s'il prenait son temps. J'eut le réflexe de passer ma main dans mes longs cheveux afin de replacer ceux-ci. J'ai couru comme une folle jusqu'ici, j'avoue que je ne sais pas trop de quoi j'ai l'air en ce moment. En tout cas, j'ai chaud ça il n'y a pas de doute. L'idée de mettre une veste n'était pas la plus intelligente que j'avais eue du coup. Je réalise pourtant bien vite ce que je viens de faire et me donne une bonne baffe mentale. J'ai l'impression d'avoir déjà vécu un moment similaire à l'époque... Je n'aime pas ça. Me faire belle pour un crétin pareil qui m'a laissé tomber, non mais c'est quoi mon problème?

Enfin, il arrive jusqu'au bord. On dirait qu'une éternité a passé avant qu'il n'arrive jusqu'à moi. Bien sûr, ce n'est pas possible il n'était pas très loin. C'est sans doute que je n'arrive pas à réaliser ce qui arrive ici. Je ne réalise pas vraiment qu'il est bien là, après tout ce temps. Que je vais pouvoir lui reparler comme avant, m'énerver contre lui à cause de sa stupidité incroyable et pouvoir à nouveau passé du temps en sa compagnie. Je ne réalise rien de tout ça, notre dernière rencontre était si loin... C'était presque un rêve, je croyais ne plus jamais le revoir, mais le voilà. Il est bien là et... Il m'éclabousse ce sale con bon sang ! Je recule brusquement d'un pas après avoir reçu de l'eau. Il l'a fait exprès? Non je crois pas... Alors qu'il sort de l'eau je l'observe. Je suis une fois de plus partagé entre tous ces sentiments. Contrairement à moi, il a changé. Physiquement, je veux dire. Il n'a pas prononcé un mot encore, je peux pas savoir s'il est toujours le même idiot. D'ailleurs, je relève rapidement la tête pour ne pas me mettre à rougir comme une idiote, alors que ce n'est vraiment pas le moment. Malgré tout, je lui en veux. Je dois continuer à paraître ferme et dure, même si c'était vraiment difficile....

Je ne bougeais pas de ma place tout en ne sachant pas quoi dire. C'est lui qui parla en premier. Ça fait longtemps? Quoi? Il est sérieux? C'est tout ce qu'il me trouve à dire après tout ce temps sans donné de nouvelle? Même s'il n'était pas obligé, je sais. Mais entre amis on s'envoie des messages non? En plus, il fuyait mon regard ce qui m'énerva davantage. J'ai cru pendant un instant que je pourrais lui mettre un coup de poing et ensuite tout repartirait comme avant, mais non... Ce n'était pas aussi simple. Visiblement autant pour moi que pour lui. Mes poings se serrèrent lorsqu'il rigola de nouveau de façon complètement idiote tout en me disant qu'il ne pourrait pas me donner de leçon. Franchement, j'étais même pas venue pour ça, je n'en avais rien à foutre de ces leçons. Pourquoi j'étais venue alors? Lui mettre une raclée? Oui, mais en fait j'arrivais même pas à bouger de ma place. La joie de le revoir était bien là, mais la colère et la tristesse d'avoir perdu un ami cher pendant si longtemps, en plus sans nouvelles, étaient bien plus fortes encore. Cependant, dans un mouvement rapide et plutôt soudain je lui balançai mon sac dessus. J'en avais absolument rien à foutre de son contenu en ce moment. Je finis après un moment de silence par lui gueuler dessus, on pouvait sentir la colère.

- Espèce d'imbécile ! Si tu crois que je suis venue pour ça, tu es vraiment le pire crétin de l'univers !

Je le regardais toujours, mon regard était empli de colère. En fait, je crois n'avoir jamais été aussi en colère de toute ma vie. Pourquoi étais-je si blessée par sa disparition? Pourquoi avais-je eu ce besoin de le revoir? Je m'avançai vers lui, pénétrant ainsi un peu dans l'eau, avant de lui mettre un coup de poing sur le torse, mais bizarrement il y avait pratiquement aucune force dedans. Je continuais pourtant de gueuler contre lui sans le quitter du regard. S'il y avait encore des gens, je crois bien qu'on me prendra pour une hystérique, mais j'en avais rien à faire pour le moment.

- Tu crois que tu peux réapparaître comme ça et faire comme si rien n'était? Tu t'imaginais quoi? Que je t'en voudrais pas de m'avoir laissé tomber peut-être?

C'est à ce moment que des larmes commencèrent à apparaître et que je décida de baisser la tête. Je serrais les mains si forts que j'en avais presque mal, mais là encore j'en avais rien à foutre. J'avais besoin de hurler. De hurler ma colère et ma tristesse. J'ai conscience qu'il doit avoir ces raisons, mais j'aurais aimé un petit signe de vie de sa part. N'importe quoi.

- Je... J'ai cru qu'on était proches tous les deux... Que je pouvais compter sur toi. J'ai été une belle idiote de croire ça... Vous êtes tous pareils....

Je tentais d'essuyer mes larmes, mais d'autres venaient les remplacer. Rien à faire, je ne pouvais pas m'arrêter. Je me sentais terriblement trahi, abandonnée. Une fois de plus. Mon coeur a été piétiné, comme à l'époque. J'ai été si naïve de croire à une amitié... Non... Pas qu'une amitié... C'était bien plus que ça. Tout en gardant la tête baissée pour cacher mon visage rougi par les larmes, je repris la parole d'une voix beaucoup plus faible.

- Je te déteste...

Je ne pensais pas ces mots, jamais je ne pourrais les pensées. Ce vide dans mon coeur... Je comprenais désormais. C'était un vide engendré par l'absence de la personne que j'ai aimé et que j'aime toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Arisato
Make a home run with your Head
avatar

Vos Textes : 181

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Sam 17 Mar - 23:34

Ma gorge était nouée et mon rythme cardiaque s’accélérait, j'avais toujours ce sourire un peu idiot du type fière de sa stupidité... Mais c'était une façade pour cacher le stresse qui était en moi. Je décide finalement de prendre mon courage a deux main et plonger mon regard dans le sien en espérant ne pas voir les flammes de sa fureur. Mais je n'ai même pas le temps de finir de baisser mon visage vers la furie qui était si importante a mon cœur que son sac frappa de plein fouet mon torse. Ma première réaction était d'essayer de rattraper le sac dans sa chute, malgré une certaine maladresse et une gesticulation de mes mains tout ce qu'il y a de plus brouillonne je réussit a me saisir d'une des anse du sac qui n'était que a quelque centimètre d'avoir toucher l'eau, poussant un petit soupire qui était de trop dans l'ambiance silencieuse parsemer du bruit de l'eau et des oiseau et insecte environnant. Je m'attendais a une réaction agressive et au fond j’étaie content... Si ce n'était pas le cas c'est que les chose aurai vraiment changer et qu'il y aurai véritablement eu besoin que je m’inquiète. Alors que je l'ai prendre la parole a nouveau ce fut finalement Kora qui brisa ce silence devenant de plus en plus pesant.

Un imbécile ? Sans aucun doute. Le pire crétin de l'univers ? Y a aucun doute. J'encaisse toute cette violence sans rien dire gardant même ma pose peu stable ou je me trouver. Enfaîte ce genre de remarque ne m'étonne même pas venant d'elle et quand je l'ai vu rentrée dans l'eau il était claire que j'allais me prendre une véritable dérouiller mais a la place c’était certainement le coup le plus faible qu'elle ne m’a jamais porter, Enfaîte sous ce coup je ne fit qu'un pas en arrière plus par réflexe retrouvant mon équilibre et portant son sac maintenant en sécurité loin de l'eau. Alors qu'elle continue de cracher tout la haine qu'elle avait pour moi je finit par perdre face a son regard.

La tête baisser comme un chien battu j'avais eu le temps de voir des larmes couler sur son visage. Alors ma disparition l'avait véritablement affecter ? En réalité je penser qu'elle s'en serai bien tirée sans moi... On ne peut pas dire que je soit une réussite sociale... Mais peut être que mon statue lui aurait était égale ? J'avais honte de moi au fond que je n'avais pas oser la contacter... Je ne voulait pas de sa pitier... Pacque ce n'est pas le regard que je voulait qu'elle porte sur moi. Dans ma tête ces mots résonner tandis que je dégluti devant sa colère... Certainement que les résistant de la pêche nous entendais... Mais a ce moment la il n'y avait que Kora et moi et le vide était tout autour de nous. Au fond savoir que ça l'avait affecter sa me réchauffer le cœur mais en même temps il était briser... Savoir que je l'avais fait souffrir me donner un goût horrible en bouche et je m'en voulait véritablement. J'essaye de nouveau de prendre la parole mais elle parlait avec une telle conviction que je ne réussit qu'a ravaler mes paroles.

Nous étions proches ? C'est vrais qu'avant ma disparition j'avais peut être passer tout mon temps avec elle malgré son caractère de cochon que je devait supporter tandis qu'elle devait ce débrouiller avec mes remarques perverse et ma stupidité. Plus ces mots venait et plus j'avais un pincement dans la poitrine, Je pouvait ressentir toute ces émotions a chaque mot, c'est quelque chose que je n'avais jamais eu l'occasion d'expérimentée... C'était désagréable de savoir qu'elle laissait ces émotions parler pour quelque chose d'aussi négatif... Cependant alors que j’essaye de rassembler mes idée une tornade viens tout emporter …. Elle me déteste ? Vraiment ? Ça paraissait faux mais c'était peut être seulement pacque c'est ce que je voulait le plus... que cette dernière phrase soit un mensonge ? Ma stupidité devait agir, c'est une baffe mental que je me donne pour me ressaisir … Je devait agir, si je ne fessait rien tout ce terminerai véritablement.

Je me relève, sur de moi et la tête haute, son sac toujours en main, a chaque pas je sentais comme des chaînes qui essayer de me retenir, qui voulait m'empêcher de faire ce qu'il devait être fait. Je ne savais pas si j'avais la solution, peut être même que le combats était perdu d'avance mais je continue même avec les chaînes métaphorique qui m'entrave, ces chaînes qui m'avait donner l'impression que mes trois pas était une randonnée. J’étais tout proche d'elle, deux centimètre tout au plus nous sépare et mon cœur s’accélère , je prend une grande inspiration tandis que ma main libre viens ce déposer sur sa tignasse décoiffer certainement par le trajet.

-Fait attentions a tes affaires...Et... Je suis heureux que tu sois la.

Je lui caresse doucement la tête quelque seconde avant de passer mon chemin et retourner sur la terre ferme, déposant son sac a coter de ma valise qui était non loin. Mon cœur arriver a ce calmer petit a petit depuis ce geste anodin et insuffisant mais mon cœur ce réchauffer peu a peu.. Peut être ce contacte physique qui était plein douceur... Du moins autant que je pouvait en donner voulait dire beaucoup pour moi ? Je n'était jamais devenu un pro de la discutions, ni des sentiments ou des geste d'affection. Je n'avais fait que cultiver mon corps et ma stupidités sans oublier ma couardise qui m'avais fait perdre beaucoup de personne... Pour une stupide question de fiertés masculine en plus ? Mais aujourd'hui je devait et fessait de mon mieux pour Kora. Sans rien ajouter de plus je partis vers le panton qui était non loin pour posser mon fessier sur le bois certainement plein d'écharde, fixant les moindres geste de Kora... C'était peut être le temps qui m'avais fait oublier mais elle semblé encore plus belle que dans ces habitudes ou du moins que mes souvenirs... Comme si elle avait voulut ce préparée ? Mais qui viendrait ce préparée autant pour un idiot qui donne des cours de nation alors qu'il n'a aucun diplôme ? Je ne le remarquais pas mes a ces pensée mon cœur accélérée et mes pensée avais tendance a ce mélanger a mon imagination  impliquant des retrouvailles romantique formant un mélange incompréhensible.

-Excuse le lâche que je suis... J'ai eu pas mal de problème et... tu est particulièrement belle aujourd'hui ou alors j’hallucine ?

Je ricane bêtement a ma dernière phrase que je n'aurai probablement pas du sortir mais j’étais incapable de garder mon sérieux... C'était un mécanisme de défense ou quelque chose comme ça ? Je n'aime pas vraiment faire dans le sentimental tandis que je lui offre le meilleur des sourires que je possède. Quelque chose de chaleureux essayant d'être réconfortant tandis que je finit par basculer en arriére , dos contre le bois je reprit finalement en levant un main en l'aire comme pour signaler ma présence.

-Je te donne la permission de venir me casser la gueule ici … Et avec un vrais coup de poing !

J'essaye encore de rajouter une touche rigolote, quelque que chose qui voudrait peut être lui donner envie de sourire même si pour cella je devrait subir ces techniques de combats ancestrale ! C'est le bras toujours lever que je dessine le contour des quelque rare nuage présent tandis qu'avec un œil observateur on pouvait déjà voir les premières étoiles apparaitres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kora Finn

avatar

Vos Textes : 94

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Lun 19 Mar - 0:43

Mes larmes ne cessaient de glisser sur mes joues. J'essayais fortement de reprendre mon calme pour arrêter ces sanglots qui me secouait, mais rien à faire. Rien ne semblait possible pour que je m'arrête ou pour me consoler. Pourquoi ça devait être cet idiot? Pourquoi je me retrouvais dans cette situation? Pourquoi mon coeur était-il aussi con? Donné une place aussi importante à ce crétin, c'est idiot ! Ça m'énerve ! Il m'énerve ! J'aime ce crétin fini qui m'a abandonné et c'est ça qui m'énerve le plus. Je m'énerve moi-même. En plus, c'est d'une évidence qu'il ne partage pas mes sentiments. Comment le pourrait-il de toute façon? Depuis qu'on se connaît, j'ai été horrible avec lui. Le traitant comme mon larbin, le faisant payer tout ce que je voulais, le trainant par-ci par là et surtout je le frappais tout le temps sans le moindre remords. Je me préoccupais même pas de ces plaintes. Je devrais même pas m'étonner qu'il soit parti sans me prévenir et qu'il n'a pas essayé de m'écrire ou m'appeler. Je suis une furie et encore aujourd'hui j'agis comme t'elle en lui balançant mon sac. Qui, par chance, avait été rattraper au vol. J'aimerais tant être capable moi aussi d'oublier, de passer à autres choses aussi facilement. Pourquoi j'y arrive pas? Pourquoi je m'accroche à quelque chose d'impossible? Ça ne devrait pas être si difficile... Même si ce n'était pas tout le temps, je n'avais cessé d'avoir des petits moments à penser à lui, comme tout à l'heure à la maison. C'est tellement stupide bon sang !

Mon corps tremble presque sous l'effet de la colère et de la tristesse mélangée. Maintenant, j'ai envie de disparaître. Si je n'étais pas venue, jamais je serais dans cette situation à me poser tout un tas de questions, toutes aussi débile les unes que les autres. Le revoir. Revoir son visage, son sourire et entendre son rire de crétin... C'est ça qui a déclenché tout ça. J'aurais dû l'ignorer, faire comme s'il n'était jamais entré dans ma vie, mais il semblerait que j'aime me faire du mal. J'aurais pu ainsi éviter d'affronter la réalité et mes sentiments. Puis, m'accrocher à l'idée que tout pouvait revenir comme avant en lui donnant une bonne raclée était une erreur, car ça ne pouvait pas arrivé ça. Du moins, c'est ce que je crois pour l'instant. D'ailleurs, il n'a pas décroché un mot pendant tout mon discours, mais je ne lui en laissais pas vraiment le temps. De toute façon, je voulais qu'il m'écoute et s'il aurait tenté de parler pour me couper, j'aurais tapé fort. Plus fort que le dernier coup en tout cas. On pouvait même ne pas appeler ça un coup. Enfin, peut-être devrais-je juste partir sans rien ajouter de plus. Mes paroles avaient les mérites d'être clair, même si je ne le pensais pas pour la fin. J'ose même pas le regarder, il doit s'en moquer complètement.

Je serre encore une fois les poings. La honte commence doucement à me ronger du coup. Franchement, il doit rire de moi intérieurement. Il va me sortir encore l'une de ces vannes à la con. "Oh la furie y va fort aujourd'hui" ou un truc comme ça. Je me prépare à le recevoir. Je suis prête et pourtant. Il ne dit rien, il fait des pas vers moi. Il part? Juste comme ça? Il en a à ce ne point rien à foutre de moi? J'ai l'impression que mon coeur va se briser, mais c'est alors que je sens sa main sur ma tête. Je redresse légèrement la tête, sans pour autant le regarder, les yeux grands ouverts, surprise par ce geste. Il prend enfin la parole. Il est heureux que je sois là? Vraiment? Je sens mon coeur faire un bond dans ma poitrine. Mes larmes cessent enfin de tomber. Ce n'était qu'une simple caresse sur la tête et pourtant, ceci réussit à me calmer instantanément. Cette douceur. Je ne m'y attendais vraiment pas. Cela me rendait heureuse. Cette joie que j'avais refoulée pour y balancer toute ma frustration revenait tranquillement prendre le dessus. Une drôle d'envie se fit en moi. L'envie de le prendre dans mes bras. Je me retins pourtant, ne sachant pcas trop comment prendre le geste qu'il venait de faire.

Il continua ensuite son chemin en passant à côté de moi pour déposer mes affaires près d'une valise, qui devait lui appartenir. Je l'observais silencieuse, alors que les dernières traces de mes larmes séchaient et disparaissaient. Ce changement d'humeur instantané, pour quelque chose de presque insignifiant... Ce n'est à rien n'y comprendre. Bon je ne cherchais pas à comprendre non plus, cette attention, douceur qu'il m'avait donnée, suffisait à faire disparaître quelque doute. Je l'observai en silence alors qu'il alla s'installer un peu plus loin. Je ne bougeai pas de ma place, une fois de plus, je me retrouvais sans mot et sans savoir quoi faire. Il me regarde aussi sans dire un mot, je me sens moins seule du coup. J'ai envie de m'avancer, aller près de lui, mais mes jambes ne semblent pas être prête à coopérer. Sa voix résonne à nouveau après ce silence qui ne me paraissait pas aussi lourd que le précédent. Des problèmes? Quel genre de problème avais-je eu envie de lui demander, mais aucun son ne sortit de ma bouche. Puis, sa phrase suivante m'en empêcha. Je détournai les yeux et une légère rougeur apparue sur mes joues. Pas autant qu'autrefois, mais voilà elle est là. Je n'ai pas changé en fait. Il m'énerve avec ces compliments aussi. Pas moyen d'être sérieux quelques minutes. Cependant, je ne rate pas le sourire qu'il m'adresse ensuite. Un sourire que je n'ai pas l'impression d'avoir vu très souvent. Normalement, c'est davantage des sourires bêtes ou moqueurs. C'est différent et ça me fait du bien étrangement.

Mon envie de le rejoindre ce fait de plus en plus forte, alors qu'il est là-bas allongé sur le bois et en plus il m'invite à venir lui casser la figure. Franchement j'avoue que ça me démange encore, c'est ce que je voulais depuis le début, mais j'en avais pas été capable. Je finis tout de même par m'approcher tranquillement sans le quitter des yeux. Je reste debout quelques secondes à ses côtés, observant le magnifique ciel que j'avais admiré un peu plus tôt dans la journée. Quelques petites étoiles étaient présentes déjà. Un spectacle magnifique. Je devrais l'observer plus souvent. Je me sens calme tout d'un coup, paisible. Sa main m'a complètement retourné le cerveau, mais c'est très bien comme ça. Je suis heureuse. Je m'assois finalement près de lui. J'ai toujours rien dit d'ailleurs et déjà quelques minutes ont passé. Il doit se demander pourquoi je parle pas, je sais pas trop non plus... Je devrais peut-être dire quelque chose maintenant, il va finir par s'inquiéter, mais d'abord. Je lui balançai un bon coup de poing bien puissant sur l'épaule.

- Crétin.

Dis-je simplement avant qu'un sourire vienne étirer mes lèvres. Je tourne doucement la tête dans sa direction toujours souriante. Une vraie bipolaire que je suis. Je reprends la parole d'une voix normale, mais faisant en sorte d'avoir l'air autoritaire.

- Si tu oses me quitter encore une fois sans me prévenir, je te jure que tu vas prendre très cher ! Mais comme je suis très gentille, je te laisse une chance !

Je bascule également par-derrière pour être dans la même position que lui. Était-ce une bonne chose de faire cela? Je ne sais pas. J'ignore encore au final s'il en a vraiment quelque chose à foutre de moi. Si je suis une amie ou... Plus à ces yeux? J'aimerais vraiment savoir, mais je veux y croire. Je dois y croire. Ce geste avait tant de douceur, ça ne peut pas n'être rien, non? Je me tournai sur le côté pour lui faire face avant de briser le silence qui s'était installé pendant quelques secondes.

- D'ailleurs, si tu avais des problèmes, tu aurais du m'en parler ! Au lieu de t'enfuir comme ça. Franchement les hommes, vous êtes pas possible.

C'est vrai quoi. C'est quoi leur problème à ne jamais rien dire et tout garder pour eux? Ils sont tellement idiots quand ils le veulent. Enfin, d'un côté j'ignore si j'aurais pu vraiment l'aider, mais en parler n'aurais sans doute pas fait de mal. Du moins, je crois. En hésitant, je décidai de m'avancer tranquillement pour poser ma tête contre son épaule. Je rougis toute seule à cause de cela, mais ce n'est pas grave.

- Je... Je suis heureuse que tu sois revenu... Même si tu es un gros idiot qui mérite que des baffes.

Je ferma doucement les yeux sans bouger. Au fond, ces conneries m'avaient manqués. En fait, il m'avait réellement manqué tout court. Il n'est peut-être pas le gars le plus romantique, le plus charmant ou même le plus beau. Mais c'est mon crétin et je n'arriverai pas à lui en vouloir très longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Arisato
Make a home run with your Head
avatar

Vos Textes : 181

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Lun 19 Mar - 2:01

Visiblement la furie était prise au doute, tout du long que je la regardais elle ne réagissait pas vraiment, je ne savais pas trop a quoi m'attendre tandis que mon regard ce perdais dans les étoiles qui peine a ce refléter dans mes yeux. J’entendis finalement des bruit de pas, ayant perdu de vue la délicieuse furie qui foutait un bordel pas possible dans mes pensée. J'avais grand espoir que ce soit elle, qu'elle avait finalement finit de jouée au poteau pour me rejoindre car la situation était assez délicate et stressante... Après tout je n'avais peut être rien résolu... Peut être qu'elle était entrain de pleurée toute les larmes de son corps tandis que moi j'attendais qu'un miracle ce produise.

Heureusement les bruits de pas était bien ceux de Kora, La voilà debout a coter de moi sans rien dire, le regard lever au ciel.. Je la regardais pendant ce temps... Surtout que mon point de vue était intéressant dans tout les sens du terme. La machine a imagination était en marche et si nous étions dans un manga voilà que j'aurai déjà le nez qui saigne a flot, je devait même avoir un regard stupide pendant quelque instant... merde mais a quoi je pense moi ? C'était pas le moment surtout que j’étais en boxer, si je laisse la machine fonctionner trop longtemps sa risque de ce voir et la je suis bon pour l’hôpital. Je retourne alors mon regard vers le ciel sans rien ajouter, tout mon mental était occuper a stopper la machine a imagination de pensée impure.

Elle finit par s’asseoir tandis que je regardais le ciel occuper a faire comme si de rien n'était et la le silence était toujours présent... C'était pas plus mal, je risquais de faire une gaffe vu que l’arrêt était seulement en cours je regardais toujours ce ciel ce remplissant tout doucement d'étoile brillante mais difficile a cerner par les peu de rayon que le soleil nous offre encore. Alors que je ne m'y attendais pas je senti un choque sur mon épaule qui me fit instantanément tenir mon épaule de la main opposée, j'affichai un sourire mélangeant douleur et joie... La furie n'était plus si bizarre, elle était redevenue elle même pendant qu'un crétin ce fit entendre de ça part... Je fit un signe de victoire silencieusement et furtivement. Seul un idiot ferait ça et sa tombe bien puisque je suis leur roi. En tout cas Kora semble être redevenue elle même et c'était pour le mieux et c'était certainement la seul chose que je demandais.

Son faux air autoritaire me plaisait bien, elle pouvait faire peur mais je savais au fond d'elle que c'était une personne agréable et pouvant même être douce et gentil quand elle baisse un peu sa garde. Je ne savais pas vraiment pourquoi elle était comme ça... Peut être a causer d'un passer dramatique ou tout simplement pacque c'était elle... Enfaîte peu m'importe la raison, c'est la Kora que j'aime... Que j'aime ? Vraiment ? C'est ce que je ressent pour elle ? Sur le moment je ne l'écoutais pas vraiment, perturber par ce mot qui venait a mon esprit durant ma réflexion. C'était juste une amie ou j'aurai vraiment aimer que ce soit plus que ça ? Je n'avais même pas écouter la fin de sa phrase... J'espérer ne pas avoir interrogatoire sur ce qu'elle venait de dire.

Soudain sa voix ce fit plus proche de mon oreille... Assez proche pour me sortir de mes penser et me faire tourne la tête vers elle, Changement de position inattendue elle était maintenant totalement tournée vers moi, je plonge alors mon regard dans ces yeux reflétant déjà quelque étoile lui rajoutant un bonus de charisme a son charme naturel. Lui parler de mes problèmes ? Lui dire que j’étais a la rue ? Aucunement ! Je préfère encore croire au père noël, il a plus de chance d'exister que cette univers ou je lui raconterai mes soucis... Elle n'avait pas a entendre au combien je suis véritablement le plus idiot de tout les mecs.

Je finit par retourner mon visage vers le ciel sans rien ajouter, c'était clairement pas un sujet de conversation a aborder pour moi, je passer alors mes deux bras derrière ma tête pour la surélevée un peu, vide de toute penser mes yeux contempler le ciel... J'aime a apprécier ces moments calmes ou il ne ce passe rien... Mais ce n'était pas un moment comme ça... Sans que je m'y attende voilà qu'elle venait de poser sa tête contre mon épaule …. Je sursauta même un peu sur le moment, paralyser par ce geste inattendu je ne savais pas quoi faire... Quoi dire, je n'était pas habituer par les gestes affectif mais la c'était carrément une nouvelle limite franchit par la personne dont je m'attendais le moins d'une réaction de ce genre. Le fameux « Que j'aime » me revenant a l'esprit tandis qu'un léger frisson me parcoure et que mon cœur s’accélère, comme si il voulait sortir de ma poitrine.

Je tourne alors mon visage prendre la parole a toute vitesse... Peut être trop vite puisque sans m'en rendre compte le positionnement fit que mes lèvres toucher le front de la boxeuse a quelque millimétré prés... Venant lui embrasser machinalement ce dernier, comme une pulsion qui prit le contrôle de mon corps incapable de décider ce que je devait ou non faire, de ce qui était bien ou mal . Quelque longue seconde au nombre de cinq environ s'écoula avant que je retourne mon visage de l'autre coter, bégayant une excuse formel plus que véritable.

-Je... C'était un... Accident oui voilà ! Ah ah je suis un idiot !

Mon rire sonnais faux, et la gêne était présente, ma voix était peut être même un peu tremblante tandis que mon visage que j’essaye de cacher avait du prendre quelque couleur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kora Finn

avatar

Vos Textes : 94

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Mar 20 Mar - 0:19

Même si c'était gênant, j'étais bien là. Contre son épaule à observer le ciel qui commençait à devenir noir de plus en plus et laisser apparaître de magnifiques petites étoiles. Ce moment me paraissait pratiquement irréel. Je ne croyais plus avoir la possibilité de le revoir. Je croyais qu'il avait disparu pour toujours... D'ailleurs, je me demandais où il était allé exactement. Pourquoi aussi. J'avais plein de questions, mais je me voyais mal aller lui poser maintenant. J'ignore complètement s'il voudra y répondre. J'en doute fort. S'il s'st enfui sans rien dire, c'est parce qu'il ne voulait pas en parler non? Ça m'attriste un peu de ne pas savoir et surtout qu'il ne se confie pas à moi, mais je ne peux rien faire. Je sais que je ne serrais sans doute pas mieux. Je ne lui ai jamais expliqué pourquoi je suis ainsi. La furie qu'il connaît. Je lui ai jamais parler de mes problèmes à l'école ou même familiaux. Que j'ai toujours aujourd'hui d'ailleurs, mais ce n'est pas le sujet. J'ai moi-même fuient mes problèmes à l'époque en changeant d'école. Je peux comprendre, mais en même temps, ça m'énerve qu'il fasse ça. Je ne voulais pas qu'il disparaisse comme ça. Je voulais qu'il reste avec moi, pour qu'on puisse sortir tous les deux, qu'il me raconte de la merde comme il le faisait tout le temps et même qu'il continue ces stupides cours de natation. J'étais heureuse dans ces moments, ça me permettait d'oublier mes tracas quotidiens, même si je ne voulais pas l'avouer. Quelle belle idiote j'étais et que je suis toujours.

Enfin, maintenant il est là et c'est hors de question que je le laisse disparaître encore une fois. Je n'irai pas jusqu'à l'attacher quelque part, ça serait bizarre, mais il peut être certain qu'il va m'avoir sur le dos tous les jours. Même si je ne pourrai pas toujours aller le voir, je l'appellerai et lui écrirai des messages. Une vraie stalkeuse. Mais bon il l'a cherché, fallait pas se casser comme ça, ça lui apprendra maintenant. À la fin il va en avoir marre de voir mon nom apparaître sur son téléphone, enfin non je l'espère pas... Il en a jamais eu marre des coups que je lui mettais, alors ce n'est pas des messages ou des appels qui allait l'embêter non? Enfin, un autre truc que je risque de ne jamais savoir. En plus de ne pas raconter ces problèmes, il ne dit pas ce qu'il ressent non plus. C'est chiant, moi je suis un vrai livre ouvert de ce côté-là. Ce n'est pas juste. Bon pas complètement, je doute fort qu'il sache ce que je ressens pour lui en ce moment. Cette pensée me fait rougir davantage, par chance il ne me voit pas comme ça. Du coup, je n'arriverai sans doute pas à lui dire à haute voix, surtout si je ne sais pas si ces réciproques. Je n'ai pas envie d'avoir l'air idiote et surtout me faire briser le coeur et perdre notre amitié.

Me rapprocher de lui me fait vraiment penser à tout et n'importe quoi c'est fou. D'ailleurs un autre truc. Je remarque qu'il a vraiment pris en muscles. Bon sang, c'est complètement con de penser à ça maintenant. Il ne sait même pas rhabiller et moi je pose ma tête contre lui comme ça sans gêne. Bon là oui j'ai envie d'exploser de honte par ce geste, mais trop tard je bouge pas. Je reste là et tente de garder mes yeux rivés sur le ciel. Bon ça n'empêche pas mon esprit de dérivé quelque peu. Il s'st entrainé beaucoup on dirait. J'ai aussi remarqué que ces cheveux on l'air plus négligé que par le passé. Peut-être est-ce dû au fait qu'il sortait du lac, je n'en sais rien en fait et je devrais même ne pas faire attention à ce genre de truc. On s'en fout complètement ! Je ne suis pas ce genre de fille qui regarde le physique et qui juge ! Jamais de la vie !

Pendant ce merveilleux débat intérieur, je me fais ramener brusquement à la réalité lorsque je sens ces lèvres se poser sur mon front. Mes yeux qui étaient fermés jusque-là s'ouvrent brusquement, mais ce n'est pas pour autant que le reste de mon corps bouge. Je reste figée, ne sachant pas trop comment réagir face à ce geste. Ça m'arrive trop souvent aujourd'hui. Mais surtout ne sachant pas trop comment le prendre une fois de plus. Mon coeur accélère pourtant et se réchauffe. Mon visage aussi se réchauffe brusquement. Je devais être rouge comme une tomate. Franchement, ça ne me prenait pas grand-chose pour avoir des réactions exagérées. Une main sur la tête et là un baiser sur le front. Ça pourrait pratiquement être considéré comme un geste amical rien de plus, mais pour moi ça vaut tellement plus que ça. Ça me donne espoir et... Qu'il y a peut-être quelque chose de plus?

Il finit cependant par tourner son visage de l'autre côté tout en bégayant que c'était un accident. Je rêve ou bien... Il est gêné? Son rire, sa voix tremblante, non je ne rêve pas. D'ailleurs était-ce réellement un accident? Si c'était le cas, il se serait retiré bien plus vite que ça? Je préfère croire que ce n'était pas le cas, même si mon coeur bat si fort que j'ai peur qu'il puisse l'entendre. Mon visage ne semble pas vouloir reprendre une couleur normale. Il doit s'attendre à ce que je lui mette une baffe non? Peut-être qui sait. Mais j'en ai pas envie, loin de là. Cette envie que j'ai eue plus tôt, me revient. Je veux le serrer dans mes bras, mais j'hésite.

- Ce... Ce n'est rien...

Je n'avais rien trouver de mieux à dire. Je décidai tout de même de lever légèrement la tête pour le regarder, mais il cachait son visage de l'autre côté. Je ne l'apercevais pas bien. Une nouvelle pensée vint à moi à cet instant. J'ignore si c'était vraiment la bonne chose à faire, mais sans même réfléchir. Je me redressai légèrement pour poser un doux baisé sur sa joue qui s'offrait à moi. Ceci ne dura que quelques secondes, comme celui qui venait de me faire sur le front avant que je retourne enfouir mon visage contre lui tout en le serrant fort avec mon bras qui l'entourait. Pourquoi j'ai fait ça bon sang? Je suis rouge de honte et je n'arrive même pas à parler. Je sais même pas comment il va réagir à ça. Je me sens tellement stupide. Pourquoi j'ai senti l'envie de faire la même chose que lui? J'ai envie d'aller me cacher quelque part et ne de plus en sortir et pourtant je me sens tellement heureuse. Soudainement, mon bras qui l'entourait pour le serrer disparaît et je me redresse pour être assise sans le regarder.

- Il... Il se fait si tard ! Je devrais rentrer !

Ma voix tremblait, pleine de gêne, mais j'essayais de pas y faire attention. Je me levai finalement, faisant comme si rien n'était arrivé. Je suis trop idiote. Je commence à m'éloigner. Mon coeur continue à battre à un rythme anormal. Je veux y retourner, retrouver cette chaleur que je venais juste de quitter, mais j'ai peur. Pourquoi j'aime tant cet idiot?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Arisato
Make a home run with your Head
avatar

Vos Textes : 181

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Lun 9 Avr - 19:49

Je suis un idiot d'avoir fait ça, le plus grand des idiots même... Elle va me détruire le bras la, c'est plus que certain. Mon visage était certainement rouge et j'ai le cœur qui bat a mille... C'est presque effrayant comme sensation, pourtant je n'ai peur de rien... Ou presque, j'avais peur d'avoir fait beaucoup de mal a Kora... Je suis ce genre de type sensible et guimauve qui ce donne juste un genre pour épater les demoiselles ? J'essaye d'oublier sa présence un instant, ce que je venais de faire... Ce n'était qu'un petit bisou et je pourrait faire passer sa pour un accident... Je regarde un moment l'eau qui refléter de moins en moins le soleil sur le point de disparaître définitivement puis je ferme mes yeux. Petit a petit je calme ma respiration alors que j'imagine tout un tas de chose différente. Je n'avais même pas entendu Kora parler a ce moment la, j’étais comme seul sur un flot calme et silencieux et infinie. Je me laisser porter par la simple bruit de ma respiration mais soudain mon cœur s’arrêta un instant de battre, ou peut être qu'il avait juste prit un rythme normal. Des lèvres délicates dépose un vent de fraîcheur sur ma joue et tandis que mon corps entier était bouillant il y avait cette marque froide, délimitant parfaitement le contours de ce bisou. C'est comme si j'avais était marquer... Je ne serais trop comment décrire cette sensation... Je suppose que c'est ce que les gens ressente quand la personne qu'ils aiment ce montre affectueuse.

Malgrée tout je ne bouge pas, j’étais encore plus gêner de me retourner maintenant... Peut être qu'elle m'en referait un pour essayer de me faire réagir ? Tu rêve mec... Si sa ce trouve elle a juste trébuchet … Nan plus j'y pense et plus mes excuses deviennes incohérentes. Tandis que j'essaye de recentrer mon esprit son nom ne fessait que revenir dans mon esprit, Kora... Kora... et petit a petit je pouvait la distinguer, nous distinguer. Les minutes était longues, ou peut être que ce n'était que des secondes ? Mais soudain l’étreinte que l'on partager s'envola, je tourna finalement la tête, j’affiche une expression stupide sur mon visage encore rouge. Kora était debout son visage tourner vers le mien... Je me redresse aussi pour m’asseoir, me retournant pour faire face a la furie.

Elle avait raison il ce fessait tard... Si sa ce trouve mon pote en avait marre de m'attendre, cette escapade imprévue durait depuis un long moment et je devait déjà être la. Je regarde Kora dans les yeux, affichant ce même sourire idiot du mec qui ce prépare a dire une connerie.

-Tu a peur du noir ma petite ?


Je ricane pour me moquer d'elle avant de rejoindre mes affaires que j'attrape rapidement pour me rhabiller, puis c'est avec ma valise que je me place a coter de la mignonne furie au cœur tout mou.

-J’espère que j'ai pas assez trainer pour me faire claquer la porte au nez. Si je me retrouve a la rue ce soir c'est de ta faute !

Je lui fait un clin d'oeil tout en ricanant de nouveau, même si j’étaie sérieux sur le risque de finir a la rue... Du moins je suppose, je ne regrettais absolument pas ce moment que l'on a passer ici. Enfaîte il était même étrange et attirant. Étrangement tout la pression que j'avais avant était également retombée, j’étais redevenu un idiot pervers sans arrière pensée je suppose. Je m'incline de façon ridiculement comique

-Madame a besoin d'un chevalier servant pour l'escorter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kora Finn

avatar

Vos Textes : 94

Inventaire & Liens
Armes & Objets:
Amis & Ennemis:

MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   Mar 10 Avr - 15:21

Bon sang, bon sang. Je suis trop idiote ! Pourquoi je fais toujours des choses aussi gênante comme ça moi? On dirait que j'aime bien me mettre dans des situations bizarres, même si je dois avouer que cette fois-ci je ne regrette pas un seul instant le baiser que je venais de lui offrir. C'était magique, tout ça était magique. Oui voilà, j'ai vraiment du mal à croire tout ce qui arrive ici ce soir. Après tout ce temps séparé, voilà que je découvre que j'ai des sentiments pour lui. En fait, non je ne découvre pas. Je le savais, mais je refusais de me l'avouer à l'époque. La peur d'aimer quelqu'un et d'être blessée m'a toujours empêché de m'ouvrir à quelqu'un, encore aujourd'hui j'ai ce problème, puisque je tente de fuir et faire comme si rien ne vient d'arriver, mais qu'est-ce que j'y peux? Cette habitude à fuir ce genre de choses ne peut pas disparaître en un jour non plus. Enfin, je n'étais pas partie très loin non plus, je n'allais pas l'abandonner ici comme ça sans rien dire de plus. Ce ne serait pas très polie et surtout j'en ai pas envie. Oui, bizarrement je n'ai aucune envie de le quitter, j'ai peur qu'il disparaisse encore peut-être? Je sais pas trop. En tout cas, c'est peut-être complètement débile, mais je pourrais passer une bonne partie de la nuit ici uniquement avec lui l'un contre l'autre, comme un peu plus tôt. J'étais si bien avant de me lever, donc c'est dur de juste faire comme si rien n'étaient et partir de la même façon dont j'étais venu. En fait, c'est impossible pour moi. Je ne veux pas non plus qu'il croie que j'en ai rien à foutre de lui et que ce bisou n'était rien. Bon je doute qu'il aille croire ça, je ne suis pas du genre à donner ce genre d'attention aux gens non plus, je préfère les coups de poing normalement.

Ça m'énerve d'être aussi gamine, mais bon tant pis. Je m'étais arrêté pas très loin de lui et je le regardais sans rien dire. Droit dans les yeux en essayant de garder un air naturel, mais c'était franchement difficile avant ce qui venait d'arriver. Ce bisou sur le front, c'est comme si je le sentais encore... Bon sang. Je ne suis vraiment pas bien. Mon visage me chauffe encore un peu, mais j'espère que la noirceur cache un peu les couleurs de celui-ci. Mon coeur commence tranquillement à se calmer, maintenant que je me suis éloignée. D'ailleurs j'attendais quoi là? Je ne bougeais pas, alors qu'il s'était redressé lui aussi pour être assis. Mes yeux toujours plongés dans ceux du crétin, je n'arrivais pas à m'en détacher. Je remarque que je ne suis pas la seule qui a l'air gênée par la situation. Même s'il fait noir, j'arrive à voir qu'il est rouge, alors il doit le voir moi aussi. Merde. Je dois avoir l'air d'une belle idiote. M'enfin, on a l'air de deux idiots là. Bref, comme à son habitude, il décide de l'ouvrir pour sortir une connerie, mais je lui en veux pas cette fois. Ça me permet de retrouver mon calme et de redevenir la Kora qu'il connaît. J'affiche un regard boudeur face à ces paroles. Moi peur du noir? Jamais ! Je suis probablement la fille la plus courageuse de toute cette foutue ville. Si on vient m'agresser je vais les tabasser ces débiles ! Enfin, je vais récupérer mon sac qu'il avait mis non loin de ces affaires quand ce dernier alla s'habiller et récupérer aussi ces trucs.

Ensuite, il reprend la parole en se plaçant à mes côtés. Se retrouver dans la rue? Comment ça? Il vivait avec quelqu'un qui verrouillait la porte après un certain temps? Ses parents? Une fois de plus, je n'ose pas vraiment aller lui poser de questions sur sa situation. Je garde le silence, alors que ce dernier ricane. Crétin, c'était de sa faute à lui, pas la mienne. Je n'ai rien fait moi, c'est lui qui a décidé de faire son flemmard au bord de l'eau et c'est lui qui m'a invité, donc je n'ai rien à voir là-dedans. Crétin. Ce crétin que j'aime et avec qui j'ai passé un merveilleux moment... Je me mis à réfléchir doucement à quelque chose quand il vint couper ma réflexion en me demandant, toujours à sa façon, si j'avais besoin d'être escorté. Je levai les yeux au ciel. Il a un don pour détendre l'atmosphère. Je me sens plus du tout gêner par ce qui est arriver avant, je me sens heureuse et paisible. Un sourire en coin apparaît finalement sur mon visage alors que je pose mes mains sur mes hanches en essayant d'avoir l'air autoritaire, comme j'aimais bien.

- C'est quoi cette question? bien sûr que j'ai besoin d'une escorte, ça ne se fait pas de laisser une jeune fille rentrer seule la nuit et puis...

Je m'avance tranquillement vers lui avant de lui mettre dans les mains mon sac que j'avais amené avec moi. Cette fois de façon beaucoup plus gentille, car je crois que mon téléphone ne survivra pas si je lui lance une nouvelle fois violemment comme tout à l'heure.

- Tu dois transporter mon sac ! Je suis épuisée d'avoir couru jusqu'ici, car tu m'as demandé. C'est donc la moindre des choses !

Je me retourne doucement pour commencer à marcher. Ça me rappela des bons souvenirs ça ! Même si n'avais pas besoin qui le transporte pour moi, c'est un petit sac, donc ce n'était pas encombrant, mais bon ce n'est pas grave j'en profite. Je tourne doucement la tête vers lui. Toujours souriant, il s'était transformé entre-temps, pour être moins moqueur.

- Aller dépêches-toi ! D'ailleurs, si tu as un problème, je pourrais peut-être te faire une place sur mon canapé.

Pourquoi je lui offre ça? Et bien c'est simple, je n'ai pas envie qu'il passe la nuit dehors... Puis, j'ai confiance en lui, même s'il agit en pervers, je sais qu'il en est pas un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le temps n'est qu'une notion [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le temps n'est qu'une notion [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le temps d'une danse... Ou pas [LIBRE]
» Décidément, les temps comme les oeufs sont durs [libre]
» Un petit peu de temps libre [Privé Keris]
» Jouer pour passer le temps [Libre ]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Survival Game :: Les Lacs-
Sauter vers: